C'est en octobre, parfois en novembre, que les chevreuils mâles perdent leurs bois (fait d'os et non de corne). La période de rut est déjà loin et le taux de testostérone a baissé, ce qui déclenche la chute des bois. De nouvelles dagues apparaîtront en janvier ou février, nourries et protégées par une épaisse peau couverte de poils fins : le velours. Celui-ci tombera finalement en avril. Alors avant que le bois repoussent comment distinguer une chevrette d'un chevreuil? Observez attentivement le miroir fessier, la tache ronde blanche située sur l'arrière train : chez les femelles seulement, elle s'orne sur la limite inférieure d'une petite touffe de poils pendants. (Photo du blog : http://blog.aube-nature.com)

Le mystère de la bécasse
becasse-des-bois-01.jpg Au fond du bois, le crépuscule naissant éteint délicatement ses lumières cuivrées. Soudain surgie de terre, une ombre s'envole et s'évanouit entre les arbres. Larges ailes et becs tellement long qu'il paraît sans fin, c'est une bécasse. Son plumage brun marbré de roux se confond si bien avec les feuilles mortes que l'oiseau, posé au sol, passe inaperçu pendant le jour. Le soir venu, ce curieux échassier prend son envol pour aller se nourrir dans les prairies bordant sa forêt. Celui-ci vient peut-être de Scandinavie, de Russie ou d'Europe Centrale. En effet, là-bas, les bécasses quittent leur territoire de reproduction pour hiverner chez nous. A moins qu'il ne s'agisse d'une casanière née chez nous qui y reste pour l'hiver.